L'Observatoire du Halal

Carpentras La société Alazard et Roux va faire revivre les abattoirs avec le halal et 220 000 € de subventions publiques

Notre enquête : Le conseil général de Vaucluse a voté le 23 septembre une subvention de 74 000 euros à la société Alazard qui rachetant l’abattoir de Carpentras pour 1 € symbolique souhaite le transformer en abattoir halal. Cette subvention s’ajoute à celle déjà accordée par le Conseil régional de 148 000 euros.

Président du groupe des élus de la Ligue du Sud à l’assemblée départementale, Jacques Bompard a pris la parole pour dénoncer ce subventionnement du culte musulman. En effet, qui dit abattoir halal, dit taxe payée chaque jour à un certificateur musulman. Celui-ci, qui ne peut être agréé que par les mosquées de Paris, Lyon ou Evry, a, entre autres, pour mission de vérifier que les animaux ont bien la gorge tranchée avec la tête en direction de la Mecque, qu’une prière musulmane est dite au même moment et, enfin, que la bête n’est pas anesthésiée.

 Article du journal “La Provence”

L’établissement carpentrassien va se spécialiser dans la viande et les plats préparés “halal”Les abattoirs de Carpentras deviennent “les abattoirs du sud”. Ils viennent d’être officiellement repris par la société Alazard et Roux qui a déjà deux établissements en Provence, à Tarascon et à Saint-Saturnin-les-Apt. La Ville lui a cédé l’ensemble du site pour un euro symbolique, et la société Equi’sud qui l’occupait est partie dans le Gard avec son personnel.

Restait une dizaine d’employés communaux (titulaires et en CDD), dont huit ont choisi de rester. Depuis quelques jours les travaux de rénovation ont démarré. “Un abattoir est toujours un trou financier pour une ville”, assure Saïd Abidi, directeur général. Nous avons un projet ambitieux et une stratégie commerciale qui va permettre un vrai développement.” La société investit près de 1,5 M€ pour remettre l’équipement aux normes et diversifier l’activité. De la zone de stabulation jusqu’aux quais d’expédition, en passant par les salles d’abattage, de découpe, de stockage et même la station d’épuration… la chaîne sera entièrement refaite pour accueillir 20 bovins et 60 ovins à la fois. Un gros effort sera réalisé sur la traçabilité, avec un “Gencod” informatique qui permettra de suivre chaque pièce de viande. Fait nouveau, la société mise sur le marché halal (en conventionnel et en bio) en forte expansion.

La production va se répartir également entre la boucherie, la grande et moyenne distribution, la restauration hors foyer (fast food, cantines…) et 10% seront consacrés à l’abattage à la demande pour des éleveurs qui souhaitent vendre en direct. “La viande halal est un marché de 6milliards d’euros en France, qui est en train de se structurer et est à forte valeur ajoutée. Il représente un enjeu pour l’élevage régional, ” poursuit-il. Des abattoirs, sortiront des carcasses, de la viande découpée mais aussi des barquettes prêtes à la vente et même des plats cuisinés. C’est la deuxième grande nouveauté: dans une salle de stabulation totalement désaffectée, un atelier de cuisine va être aménagé.

Ces projets vont s’accompagner de recrutements. En plus des huit employés déjà sur place, Alazard et Roux ont déjà recruté un commercial, un comptable, une secrétaire et cherchent encore des commerciaux et des cuisiniers. Une fois les travaux terminés et l’autorisation préfectorale accordée, les abattoirs pourraient rouvrir en juin ou juillet avec un effectif de 25 salariés environ. “L’objectif est d’atteindre un chiffre d’affaire de 2M€ la première année, de le multiplier par six en dix ans et d’avoir une centaine de salariés.”Pour envoyer un CV: s.abidi@lesabattoirsdusud.fr

Martine QUINETTE, journal LA PROVENCE .